Éditorial

 

Et voilà, encore une année qui va passer dans la trappe des années révolues. Nous ne l’avions pas imaginée sous cet aspect, entachée par diverses interdictions d’ordre sanitaire. Nous pensions qu’avec l’année 2020, nous avions vécu le pire, mais il semblerait que nous nous soyons légèrement fourvoyés. Qu’à cela ne tienne, nous avons quand même réussi à organiser deux évènements en plus de notre assemblée générale, le brunch de quartier en septembre, et le concert de début décembre, manifestations auxquelles vous avez généreusement participé, et je vous en remercie chaleureusement.


Alors que souhaiter pour cette nouvelle année qui pointe timidement son nez ? Exercice extrêmement délicat, il faut bien l’avouer, alors qu’après tout, souhaiter n’engage à rien.


Il est vrai que nous avons des projets pour l’année à venir, projets que vous découvrirez au cours de notre prochaine assemblée générale. Il est vrai aussi que nous pourrions légitimement être défaitistes et dire que l’épidémie nous a coupé toute velléité d’organiser des rencontres. C’est pourquoi, nous naviguons entre ces deux options, sur une ligne de crête pas toujours facile à tenir, en essayant au mieux de ne pas nous faire oublier.


Et puis, pour vous rassurer au beau milieu de tout ce marasme bourré d’avis parfois contraires, nous sommes arrivés au variant omicron, quinzième lettre de l’alphabet grec qui n’en comporte que vingt-quatre, autant dire que nous sommes bientôt sortis de misère. A supposer que le virus soit susceptible, qu’il ne soit plus nommé par une lettre ou tout autre nom d’oiseau, espérons qu’il se vexe et disparaisse à jamais.


Alors, en cette nouvelle année, je me permets de vous souhaiter d’opter pour le variant « galette ds rois », puis le variant « crêpes de la chandeleur », et continuer ainsi chaque mois par des variants de saison, ce n’est pas le choix qui manque dans nos contrées tournées vers l’hédonisme culinaire.
Les membres du conseil d’administration se joignent à moi pour vous souhaiter une belle année [9*8*(7+6)+543*2] et, malgré tous ces aléas, restons optimistes.


« Une personne optimiste ne refuse pas de voir le côté négatif des choses ; elle refuse de s'attarder dessus… » ; citation attribuée à Alexander Lockhart (parfois Alexander Macdonald Lockhart , Juillet 1806 Octobre 1861), député britannique.