Éditorial

Quand vous lirez ces lignes, les élections municipales seront passées... ou pas. Tout dépend de la rapidité avec laquelle nous finirons d'écrire ce numéro, de la célérité de notre imprimeur, de la vélocité des facteurs et de votre disponibilité à le lire... A moins que l'épidémie de coronavirus ne repousse les élections aux calendes grecques, sait-on jamais.

Mais pourquoi une association s'intéresse-t-elle aux élections ? Même si notre association (et nous le revendiquons) est apolitique, il est bien normal que nous nous intéressions à la vie de la cité, c'est aussi notre devoir de citoyen.

Alors pour nous, AQC, que cherchons-nous dans les programmes présentés par les différents candidats ? Et bien, tout simplement, les projets qui font justement référence aux associations. Et que trouvons-nous dans ces programmes ?

Après un petit tour d'horizon, on trouve le mot association (ou associatif décliné sous différentes orthographes) inscrit 44 fois dans les 4 programmes que j'ai pu consulter. Certes, la répartition n'est pas égale puisque ils se répartissent en 14 occurrences pour le premier, puis 13 pour le second, 9 pour le troisième et 8 pour le quatrième. Je vous laisse éplucher les différents documents pour replacer les bons nombres sur les bonnes pages.
De là à dire que l'attention portée aux associations sera plus importante qu'au cours des années précédentes, il n'y a qu'un pas que ma naïveté ou mon optimisme (c'est selon) m'autorise à franchir allègrement, en espérant que la démocratie à venir ne s'arrêtera pas au soir du deuxième tour des élections municipales.

Et si l'optimisme est de raison, méditez ces quelques phrases piochées (pas au hasard) dans les différents documents :

  • "Un programme ambitieux et réaliste, applicable sans aucune augmentation d’impôt"
  • "La bonne santé de la démocratie locale exige que les élus tiennent leurs engagements"
  • "Il est temps de rompre avec ces pratiques où l'on vend du rêve lors de la campagne électorale"

Et pour terminer, en ces temps où tous les programmes font référence à l'écologie, où la planète semble en équilibre instable sur une poudrière industrielle, où les programmes électoraux deviennent subitement tout verts, espérons que nos associations seront un peu plus écoutées : les paris aussi sont ouverts.