Éditorial

De la pluie, de la pluie, de la pluie, comme si le ciel avait décidé de vidanger d’un coup toutes ses réserves sur notre beau pays.
Au moins un temps comme ça, ça occupe son monde, ça fait jaser. On n'avait pas vu ça depuis combien d'années ? Les plus jeunes disent 2016 en juin... une catastrophe. Les plus âgés disent 1910, mais à mon avis, ceux qui s'en souviennent doivent être aujourd'hui tellement vieux qu'à part dans les cimetières, il ne doit pas être facile de débusquer des témoins.


Voilà quelques semaines, c'était la neige qui tombait en abondance sur nos montagnes. Alors ça glisse, ça patine sur les routes, on a même vu quelques petites avalanches là où des petits malins ont construit de jolis petits chalets pour être aux premières loges au cas où l'avalanche les balaierait sur son passage.


Alors après, que devons-nous attendre ? Une petite canicule, comme en 1976, 1983, 2003 et 2006 ? Oui pourquoi pas ? Mais me direz-vous, l'été on a chaud, et l'hiver, on a froid. Faut-il s'en étonner, voire s'en offusquer, alors qu'il doit bien exister, à y regarder de près des sujets nettement plus importants pour s'offusquer, se rebeller, s'énerver ou encore se scandaliser.


Et puis la pluie, il parait que c'est un cycle. Ça tombe sur le sol, ensuite ça alimente les rivières puis les fleuves et enfin, on retrouve tout ce joli bouillon dans les mers et les océans. Évidemment, fourbe comme l'est le soleil, il fait évaporer tout ça, mais là-haut il ne doit pas y avoir assez de personnel pour réguler la pluie qui tombe. Alors par moments, c'est un peu l'anarchie. On n'en a pas pendant des mois, et puis tout à coup, patatras, il en tombe comme à Gravelotte.


Mais finalement tout bien réfléchi, il peut arriver que le temps soit pluvieux, peut-être même plus vieux que l'année dernière, mais est-ce que par hasard, ça nous arriverait pas aussi à nous les humains ?
Faut pas toujours se moquer.